Langues

Développement responsable

Au coeur des engagements ATRYA

Produire durable, c’est d’abord produire de la qualité

Parce que l’absence de qualité peut être lourde de conséquence pour l’entreprise comme pour l’environnement,  les sociétés du groupe ATRYA ne fournissent que des produits de haute qualité qui assureront le meilleur service pendant très longtemps. 

Cette exigence passe par des investissements importants en matière de recherche et développement, des formations régulières des équipes et un contrôle régulier des performances.

Multiplier les initiatives pour consommer moins

Les sociétés du groupe ATRYA recherchent en permanence des moyens d’améliorer leurs process et de réduire leur empreinte environnementale. Ainsi dès 1980, la société TRYBA a mis au point un système pour récupérer la chaleur dégagée par son local informatique et la réinjecter pour chauffer ses ateliers.

Depuis 2006, ce système est complété des panneaux solaires thermiques qui assurent une partie du chauffage du site. En parallèle, un suivi des consommations énergétiques a été mis en place pour mesurer l’efficacité de chaque mesure.

Côté logistique, les emballages et les chargements des camions sont fréquemment étudiés pour réduire le nombre de poids lourds sur la route. Enfin, des voitures électriques sont à disposition pour des trajets inférieurs à 30 km, comme entre les différents sites du groupe.

Diminuer les rejets liés à l’activité du groupe

Comme toutes les activités, celles du groupe engendrent des rejets. Atrya contrôle non seulement ces déchets dans le plus strict respect des normes en vigueur, mais les réduit également chaque année. 

Ainsi, l’utilisation de peinture hydrodiluable pour le laquage de ses portes composite a permis de diminuer de 60% les rejets atmosphériques. La quantité de déchets de peinture est passée de 30 à 4 tonnes par an et tous les nouveaux produits moins polluants qui arrivent sur le marché sont adoptés s’ils offrent le même niveau de qualité.

En 2011, le recyclage des eaux a également été mis en place : un système de coagulation-floculation sépare désormais l’eau et les résidus de peinture, permettant ainsi de réutiliser l’eau dans le même processus, avant de la traiter. Résultat, la consommation moyenne d’eau a baissé de 15 %.

Enfin, parce que l’écologie est l’affaire de tous, des Comités Environnementaux ont été créés sur chaque site. Leur fonction ? Recueillir les idées et initiatives des salariés, quel que soit leur poste, pour réduire l’empreinte écologique de l’entreprise.